753896 Ophtalmologie | al-veterinaire-equin

© 2016 by Amélie Lecouvet

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icône
  • Google+ Social Icon
  • Google Adresses Icône sociale
  • Icône sociale YouTube

 Ophtalmologie équine 

La douleur oculaire et l’examen ophtalmologique chez le cheval

En pratique, la douleur oculaire chez le cheval se caractérise par un blépharospasme (paupières fermées), un épiphora (écoulement oculaire) et une photophobie (inconfort à la lumière). Ces signes cliniques imposent de réaliser un examen systématique de l’œil afin d’établir un diagnostic. Les traumatismes conjonctivo-cornéens, et l’inflammation oculaire sont souvent de véritables urgences diagnostiques et thérapeutiques.

L’examen doit être méthodique et rigoureux. Le vétérinaire recueillera une anamnèse et vous posera les questions qu’il juge pertinentes : Depuis quand cela dure-t-il ? Est-ce arrivé brutalement ? Le cheval a-t-il présenté d’autres signes cliniques ? N’en sont que quelques exemples.

Selon le caractère, la docilité du cheval et l’amplitude de la douleur cet examen peut nécessiter une sédation du cheval et/ou une anesthésie loco-régionale des paupières ou de l’œil.

Le cheval sera examiné dans un environnement calme, à la lumière d’abord et dans un environnement sombre ensuite. Les paupières, les conjonctives et l’existence ou non d’un épiphora ainsi que sa nature seront examinés.

La partie antérieure de l’œil sera examiné en détail : cornée, chambre antérieure de l’œil, iris. Afin de déterminer la présence de lésion sur la cornée, un test à la fluorescéine peut être effectué.

Des prélèvements peuvent être réalisés : écouvillon, raclage cornéen. La partie postérieure de l’œil sera examinée ensuite, après dilatation pupillaire, afin d’observer le cristallin, le corps vitré et le fond d’œil.

D’autres examens complémentaires existent et peuvent vous être conseillés.

Hygiène, délicatesse, rigueur et méthode seront les maîtres mots de l’examen ophtalmologique.